Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juin 2006 4 01 /06 /juin /2006 10:30

«Démocratie participative», « développement durable », sont des slogans utilisés par les spécialistes du marketting politique pour éviter de traiter les questions par le droit et la science administrative.

 

 Je ne crois pas à la démocratie participative,

 je crois à la démocratie représentative et à la démocratie directe.

 

 

Les comités de quartier.

les comités de quartier sont comme les commissions extra-municipales de l’ancien temps. En général, ce sont les gens au pouvoir qui créent ces assemblées participatives, et qui les président soit eux mêmes soit par un sbire. Ce qui est formidable c’est que de nombreuses communes françaises se sont agrandies en agglomérant des petites communes adjacentes dans lesquelles il y avait un conseil municipal. Maintenant dans les agglomérations on recrée des comités de quartier participatifs sur le territoire de ces anciennes communes. Je ne vois pas  l’avancée démocratique. C’est juste une remarque en passant.De toutes façons, il y aura toujours le moment de la décision et là comment on prend une décision participative?

 

L’écoute des gens.

Si la démocratie participative, c’est écouter les gens, ce n’est pas la peine de prendre un terme si pompeux. Au lieu de parler de démocratie participative on ferait mieux de retravailler dans un sens plus démocratique les procédures des commissions d’enquête publique. Et le problème c’est que l’on choisit toujours les personnes avec qui on veut parler.  Il y a toujours des filtres, même sur les sites internet. (modération à priori etc..).

C'est le travail d'un élu d'écouter les citoyens, de les rencontrer, de les faire participer, de demander leurs avis, d'organiser des réunions d'informations, d'essayer de convaincre.

 

Si la fonction de la démocratie participative c'est de forcer les élus à faire leur travail, alors oui, la crise de la démocratie représentative est profonde. Il est plus que temps de se reprendre et de réflechir sérieusement aux modalités d'élections de nos représentants politiques.

 

Le droit à la pétition.

 Il ne sert à rien de légiférer pour un droit à la pétition. Demander une permission pour faire un pétition est totalement incongru. C'est le B-A BA  de la liberté" d'expression. Intrinsèquement la pétition se voulant une réponse à un abus de droit, faire une pétition est un droit naturel.  De plus, elles vont généralement au panier.

Elles peuvent être un moyen de pression, mais seulement au niveau local, quand elle est un élément parmi d’autres, (réunions d’information sur un projet, rencontres, participation à une enquête publique, ), quand elle a un objet précis (sur un projet local). Au niveau national, c’est un leurre et une perte d’énergie. (A ce sujet, que devient le site web de Ségolène Royal pour les pétitions européennes??).

Le référendum d'initiative populaire, dans les domaines législatif ou constituant, enrevanche est un vrai droit démocratique.

 

Que vivent la démocratie représentative,

et, les modalités de démocratie directe comme le référendum.

Partager cet article

Repost 0
Published by candidat 007 - dans Analyses
commenter cet article

commentaires

Bienvenue

Bienvenue sur le blog de la rénovation démocratique. Notre combat est de faire la promotion du Pacte démocratique, de promouvoir l'instauration d'un contre pouvoir citoyen.  Merci.    _________________________________________________________________________________________

sites

 

 

 

 

 

 

<a href='http://www.agoravox.fr/?auteur65858' onclick='window.open(this.href);return false;'><img src='http://www.agoravox.fr/squelettes/images/icone_redacteur3.gif' /></a>